11 mai 2006

Fiamma di Re


Voilà une autre de mes pipes, qui d'ailleurs a servi d'exemple dans les pages finitions du site.
C'est une Fiamma di Re, je ne sais si la traduction exacte est Flamme du Roi.
Mais voici mon intérieur tout ennobli par cette flamme royale.
Elle a été faite par Giannino Spadoni, mais je crois qu'il a abandonné cette marque, qu'il avait fondée.
Mais voilà, pour tout dire, cette pipe, je l'ai volée.
Et voici comment : un ami membre du groupe est mon voisin.
A ce titre, j'ai été amené parfois, pendant son absence, à sortir son chien à intervalles réguliers. Je ne connais pas la marque du chien, pour ceux qui connaissent le wiskhy Black & White, c'est un white.
Ce chien est un grand timide.
A peine s'il fait trois gouttes.
Puis il rentre, c'est à dire qu'il vous tire par la laisse et attend qu'on veuille bien lui ouvrir la porte.
Ces maîtres m'ont toujours laissé des sac plastiques, en cas de grosse commission, je n'ai jamais eu à m'en servir.
J'ai su après qu'il avait tout de même laissé un message derrière le canapé...
Et voilà que cet ami, un dimanche, me propose de passer grignoter du foie gras. Il faut savoir aussi qu'il a toujours du bon vin.
Comment résister, quand en plus on en a pas envie ?
Je me pointe donc.
Nous buvons, dégustons, mangeons, et je récupère du doigt le gras du foie pour le laisser au chien, qui s'empresse de lécher mon index.
Je n'ai jamais eu un doigt aussi propre.
Depuis ce chien, qui marquait ses distances, éprouve pour moi une véritable amitié. il m'adore. Certains signent un pacte dans le sang, nous ça a été dans le foie gras de canard.
Bref, je quitte cet ami, avec qui j'ai partagé le pain et le vin entre autres, et rentre chez moi.
Et là, comme d'habitude, je jette un oeil sur les messages du groupe.
Et qu'y vois-je ?
Qu'y lis-je ?
Je vous le donne en dix, je vous le donne en cent, je vous le donne en mille :
Erwin Van Hove vend quelques pipes, dont celle-ci.
Il faut à ce propos que j'ouvre une parenthèse : certains tabacs sont dépositaires Dunhill, d'autres sont dépositaires Davidoff.
Moi, je suis dépositaire Van Hove.
Il faudra d'ailleurs que je l'inscrive sur mes vitres.
Je dois être celui qui a le plus de pipes ayant appartenu à Erwin.
Et je referme la parenthèse.
J'envoie donc de suite un mail pour réserver cette pipe, que j'avais déjà vue en photo.
Puis, à intervalles réguliers, soit toutes les cinq secondes, j'appuie sur "envoyer-recevoir", pour ne pas rater sa réponse.
Banco !
Quelle belle journée !
Je reçois ensuite un mail d'Olivier, le proprio du white. Il est très déçu.
Une fois que je l'ai quitté, il a fait la vaisselle.
Il a nettoyé la table.
Puis il s'est intéressé à ses messages.
Il a vu la pipe.
Ecrit à Erwin.
Trop tard.
Voilà pourquoi j'ai tendance à penser que cette pipe, je l'ai volée.
Mais je la garde.
Parce qu'un guillochage comme celui-là, je n'en reviens toujours pas.
J'appelle donc tous mes amis fumeurs à m'inviter chez eux, grignoter un morceau et boire un bon coup :
pour peu qu'ils se trouvent à quelques kilomètres de chez moi, ils sont tranquilles...

5 commentaires:

David a dit…

Excellent cet article. Je trouve l'histoire fort drôle et très bien écrite. Evidemment, la pipe est belle, cela me fait penser à un rusticage de Larry Roush.

Erwin a dit…

Non, ce n'est absolument pas le style de rustication de Roush. En fait, la photo n'arrive pas à capter cette surface si particulière. Il vaut mieux regarder ici : http://www.fumeursdepipe.net/images/fin02.JPG
Cette finition m'a toujours fait penser à une noix décortiqué, voire à un cerveau.

Et à propos, Guillaume, sir Georges doit posséder autant de mes pipes que toi.

Amicalement,
Erwin

FdP a dit…

Ah mais c'est parce que Sir Georges est le dépositaire en Belgique, moi c'est pour la France ;-)

Bonne Pipe
Guillaume

Anonyme a dit…

Guillaume et Ervin, simplet et grincheux.

David a dit…

Je trouve que la rustication ressemble à celle de la Roush qui est dans le livre de Jose Manuel Lopes.
Mais celle que tu montres ressemble fort à un cerveau en effet :-))