22 septembre 2006

Will Purdy


Désolé, je sais que c'est lassant à la longue, je vais encore vous montrer une superbe pipe. Ben oui.
Et pourtant, j'ai failli faire un effort : j'ai bien pensé à afficher ici une pipe que j'ai fumé lors d'un concours, en 2005. Il ne faut pas s'imaginer que ça n'intéresse personne : j'en connais même qui n'avaient pas eu la bonne idée de conserver cette pipe de concours, mais qui sont tout heureux de la retrouver dans un marché aux puces.
Bon, mais chacun son truc, et puis j'en aurais certainement mal parlé. Je ne dis pas que j'en aurais dit du mal, je dit que j'aurais eu du mal à en parler...
Donc, plutôt, une Will Purdy.
On parle beaucoup de lui ces temps-ci, sur le groupe, puisque nos voisins belges ont eu le plaisir de le rencontrer hier soir. Et je crois que David va le rencontrer demain.
J'ai bien tenté le coup, Will Purdy passait quelques jours à Paris, mais je crois qu'il n'avait pas beaucoup de temps. Paris en quatre jours, c'est bref. Mais ce n'est que partie remise, je prépare déjà le guet-apens pour la prochaine fois.
J'avais bien pensé à passer à Bruxelles, et à jouer l'invité surprise, mais il m'est très difficile de me déplacer ces temps-ci. Je crois avoir un truc genre lumbago, et j'accuse une très nette ressemblance avec Jean Marais dans le Bossu, quand il dit : Touchez ma bosse, Monseigneur.
De fait, je me déplace avec une canne. Cette canne appartenait à mon arrière arrière grand-père, qui était compagnon tailleur de pierres. Il a fait son tour de France avec, je peux donc l'emprunter pour aller faire des courses. J'ai à chaque fois un certain succès, je dois dire.
Succès rencontré également auprès de mon chat, qui ne manque pas une occasion de venir se frotter dans mes jambes quand j'entame le trajet canapé-bureau. Et pourquoi éprouve-t-elle le besoin de s'allonger sur une des marches de l'escalier quand j'essaie de le descendre ?
Donc, pas d'aller-retour bruxellois - mais j'ai des indicateurs qui m'ont déjà fait passer quelques photos.
Et voilà qu'il y a quelques jours, je reçois cette Purdy, commandée chez Briarblues. J'avais raté récemment des Bonaquisti, et là j'ai été rapide, et surtout bref. J'ai du envoyer un mail en catastrophe, du genre : Elle est pour moi ! Mike Glukler a parfaitement compris, je me suis expliqué après.
Je peux donc enfin parler des pipes de Will Purdy. Enfin, d'une au moins. Je ne désespère pas d'une Garlic, ou d'une 007. Et je sais que Will a emporté une tadpole pour travailler en vacances.
Je n'ose pas dire que cette pipe est parfaite, parce que je pense que son auteur y verrait forcément des améliorations à apporter. Et je suis bien sur qu'il a fait mieux depuis. Mais enfin, je me rends compte comme il est difficile de parler d'autres pipes, quand on vient de fumer celle-la.
Ce petit bijou pèse 34 grammes - je viens d'aller la peser, qu'est-ce qu'on ne fait pas comme sacrifice !
Je sais des fumeurs qui préfèrent laisser un fond de tabac non fumé au fond du fourneau. ils ont pour cela toutes sortes de bonnes raisons d'ailleurs. Mais voilà, qu'ils se méfient : avec cette pipe, on arrive au bout sans y penser. Un peu de cendres, c'est tout ce qu'il reste.
Et puis, la forme du bec, il est naturel d'avoir un bec comme celui-là entre les dents. Pas gênant, pas contraignant, naturel.
Je ne vais pas ressortir mes salades habituelles sur le confort, et sur le soin que prennent certains pipiers à faire oublier à leurs clients qu'ils ont une pipe en bouche...
Enfin, voilà, malgré tous les emmerdements, il y a toujours des moments de réconfort.

1 commentaire:

David a dit…

Guillaume, tu n'as pas la chance de rencontrer Will mais tu as la chance de fumer une de ses pipes. C'est une large consolation, je crois. De mon côté, je n'ai pas encore de pipes de Will Purdy mais... on ne peut pas tout avoir en même temps. J'ai bien assez le temps :-) Et je suis particulièrement fan de sa 007 (comme toi, je ne savais pas) et de l'Half Moon dans le genre Dublin. Pourtant, je deviens difficile avec cette forme !
Mais Will fait de superbes interprétations : sa Zulu ou Woodstock est magnifique, et la Martini...
Je ne puis que te souhaiter un prompt rétablissement, même si ta nouvelle démarche semble avoir du succès et de bonnes pipes !

Amicalement
David