07 décembre 2007

Une pipe de Random, bis



Il y a des pipes sédentaires, et des pipes voyageuses. Cette pipe de Random fait partie de ces dernières. Il y a déjà quelques années, Pierre, un membre du groupe, commande cette pipe à Random. Elle porte un nom d'ailleurs, elle s'appelle la "violette de Toulouse". Puis Pierre arrête - pour quelques temps ? - de fumer, et revend cette pipe. C'est Carl-Franz, autre membre du groupe, qui saute sur l'occase. Carl-Franz qui la revend quelques temps plus tard, et là c'est David qui est sur le coup. Puis David la revend, et enfin j'ai l'occasion. C'est à dire que je suis devant l'ordi quand l'annonce passe, et que j'ai des sous. Enfin je ne les ai pas vraiment, mais certains attendront. La photo que vous voyez est d'ailleurs de David.

J'avais déjà une Random quand j'ai vu cette pipe pour la première fois, et j'avais été frappé par son aspect. Carl-Franz nous l'avait exhibée lors d'un dîner du groupe. David me dit qu'il la revend parce qu'elle ne met pas en valeur les mélanges qu'il y fume. Je tente tout de même le coup. David a raison, mais j'ai tout de même trouvé un mélange qui lui convient. Je ne m'étendrai pas là-dessus. Je ne peux pas. Des fois qu'un non-fumeur passe par le plus grand des hasards par ici, et se mette en tête de fumer !

Cette pipe a aussi un tuyau en ultem, mais il n'est pas collé à la tige comme le faisait Random à une certaine période. Le bec est large, mais il assure une tenue en bouche tout à fait confortable. Je ne sais à quoi pensait Pierre quand il a rêvé cette pipe. Mais elle me fait mentir encore une fois, puisque je pensais ne pas apprécier les pipes semi-lisses, semi-sablées ou rustiquées. Le rusticage est plus fin sur la tige que sur le fourneau. Ce n'est pas une pipe que j'aurais tendance à garder sous la main, à emporter tous les jours. Quand une nouvelle arrive, j'ai tendance au début à l'emporter avec moi, même si ça n'est pas obligatoirement pour la fumer. Celle-ci reste sagement à sa place, ça ne sera pas une "inséparable", mais elle est de bonne compagnie.
Je regrette de n'avoir pas pu acheter plus de pipes à Random quand il était encore actif.

Je m'aperçois d'autre part que l'interdiction de fumer dans les lieux publics, si elle m'enquiquine parce que l'on vient encore me dire ce que je dois faire, ne me gênera sans doute pas plus que ça. Avant-hier soir j'entre au restaurant avec des amis, et des gens qui s'étaient d'ailleurs installés à notre table fumaient à qui mieux mieux. Des Italiens. Ils profitent, les pauvres. Mais j'ai du coup rangé ma pipe. Je me rends compte que de plus en plus je n'en profite pas dans ces cas-la.

Mais comme j'ai l'air de me ranger à l'état d'esprit ambiant, je peux préciser que durant les grêves de nos très chers services dits publics, le trajet que je faisais pour me rendre au travail me prenait une heure sans fumer, un quart d'heure de moins en fumant. Fumer serait-il bon pour la marche ?

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Palpitant.

cwyss a dit…

Celle-ci reste sagement à sa place, ça ne sera pas une "inséparable", mais elle est de bonne compagnie.
Cher Guillaume,
Si tu veux t'en séparer un jour ou l'autre, je suis preneur.
Amitiés

Claude
www.pipesetbouffardes.com