12 décembre 2007

Baudelaire et Molière, propagandistes du tabac ?

Je voulais écrire un article pour l'anniversaire du site, mais le temps vraiment m'a manqué. Je viens d'apprendre que le procès fait par la DNF à l'association P1P2C (qui se voyait réclamé 30 000 euros pour avoir affiché en libre visite une critique d'un cigare et la photo da la bague du cigare en question) s'est terminé à l'amiable. Plus de poursuites, plus d'argent, plus rien, à condition que l'ensemble de ce site ne soit accessible qu'après inscription, ou par mot de passe, je ne le sais plus, et que donc on ne puisse le trouver par le biais des moteurs de recherche.

J'avais donc écrit cette ébauche d'article il y a quelques semaines. J'avais vu juste. Tout ce qui fait allusion au tabac est considéré dès lors comme de la publicité indirecte. Cela aura des répercussions bien sur. Il va falloir que je m'attelle très vite à des modifications sur mon site. Beaucoup de travail, mine de rien. Et qui pose bien des questions.

Ce poème, par exemple :

Je suis la pipe d'un auteur ;
On voit, à contempler ma mine
D'Abyssinienne ou de Cafrine,
Que mon maître est un grand fumeur.
Quand il est comblé de douleur,
Je fume comme la chaumine
Où se prépare la cuisine
Pour le retour du laboureur.
J'enlace et je berce son âme
Dans le réseau mobile et bleu
Qui monte de ma bouche en feu,
Et je roule un puissant dictame
Qui charme son coeur et guérit
De ses fatigues son esprit.
Doit-on pouvoir y accéder librement, ou doit-il être censuré ?

Voilà donc cette ébauche, elle est ce qu'elle est, mais je n'ai pas le temps de peaufiner.


Nous vivons une époque difficile, nous autres fumeurs. Je parlais dans un autre article de vivre cachés pour vivre heureux, ce qui pouvait sembler exagéré, mais cela vient tout doucement... et cela fait mieux que de venir, cela se rapproche...

Car enfin il y a beaucoup d'excitation ces temps-ci : du côté des anti-fumeurs, qui se décrivent plutôt, je les cite, comme des non-fumeurs intolérants, ou des anti-tabac. Ils ne sont pas anti-fumeurs, enfin ils voudraient nous le faire croire, ils sont anti-tabac, notez la nuance... Notez aussi que cela revient au même. Et beaucoup d'excitation aussi du côté des fumeurs, qui se sentent pris au piège, et qui n'apprécient pas énormément de se voir traîter de "cloportes" ou d'"empesteurs".

Nos blogs, nos sites, vont-ils en faire les frais ? Et bien déjà, ceux qui voudraient les mettre à l'index les montre du doigt. Je remercie d'ailleurs les personnes qui pointent mon site : j'avais déjà une très bonne fréquentation, cela ne peut que l'améliorer.
Il faut dire aussi que la loi Evin a prévu beaucoup de choses.

D'abord, l'article 1 :
Art. 1er. - A compter du 1er janvier 1992, il est interdit de prendre en compte le prix du tabac pour le calcul des indices de prix à la consommation, publiés par les administrations de l'Etat, et notamment l'Institut national de la statistique et des études économiques.

Ce qui est déjà une bonne trouvaille, ça permet d'augmenter les prix du tabac sans pour autant faire mauvaise figure lorsque les chiffres de la consommation et de la hausse des prix paraissent. Cette augmentation est également une très bonne chose, puisqu'elle permet aux Français, peuple plutôt casanier, de passer les frontières et de découvrir les attraits du tourisme : Espagne, Italie, Suisse, Belgique, Luxembourg, proposent des tarifs attractifs non seulement pour les fumeurs mais également pour les conducteurs.

Et l'article 2 :
Art. 2. - Toute propagande ou publicité, directe ou indirecte, en faveur du tabac ou des produits du tabac ainsi que toute distribution gratuite sont interdites.<

Et c'est là qu'il convient de s'entendre : toute publicité est payante, elle rapporte à ceux qui l'affichent. Nos blogs et nos sites en étant dépourvus, si nos blogs et nos sites n'affichent pas de paquet de cigarette, de boîtes de cigares ou de tabac à pipe de façon à ce que l'on voit la marque (enfin, si les avertissement sanitaires n'ont pas pris toute la place !), nous ne pouvons être accusés de faire de la pub.

Mais la propagande ? Ah là voyez-vous, c'est la grande idée de ce texte. C'est plus délicat à définir, la propagande. Si je parle de pipes, ça n'est pas forcément de la propagande pro-tabac. Qouique... qui dit pipe dit fumeur, il faut bien le reconnaître. Alors bien sur on est pas obligés de fumer du tabac. Mais là aussi c'est prévu :

Sont considérés comme produits du tabac les produits destinés à être fumés, prisés, mâchés ou sucés, dès lors qu'ils sont, même partiellement, constitués de tabac, ainsi que les produits destinés à être fumés même s'ils ne contiennent pas de tabac, au sens du troisième alinéa (2o) de l'article 564 decies du code général des impôts

Cet article de loi nous dit que ce qui contient du tabac est assimilé à du tabac, et que ce qui n'en contient pas est aussi du tabac.
C'est très fort.

Et là-dessus, qu'y pouvons-nous ? Rien.

J'ai lu aussi, de la plume d'un anti-fumeur intolérant (c'est ainsi qu'il se décrit) que : En revanche, l'article 43-8 du code de la propriété intellectuelle dispose que les personnes responsables de blogs commettent également un délit "si, ayant été saisies par une autorité judiciaire, elles n'ont pas agi promptement pour empêcher l'accès à ce contenu".

Il ne me reste donc qu'à attendre d'avoir été saisi par une autorité judiciaire, auquel cas je me verrai forcé de fermer site, blog, et peut-être forum ? Puis passer quelques années à payer ma dette. L'argent n'intéresse pas les associations anti-tabac, mais c'est fou ce qu'elles en réclament.
Dans un pays qui se targue d'avoir été celui des Lumières, et d'avoir montré aux autres ce qu'est la liberté d'expression, c'est pas mal. Mais après tout, nous avons bien en France une Cérémonie des Molières qui depuis quelques années ne veut plus récompenser de comédie ou de pièce comique.

A propos de Molière d'ailleurs, une petite citation :

Quoique puisse dire Aristote et toute la philosophie, il n'est rien d'égal au tabac: c'est la passion des honnêtes gens, et qui vit sans tabac n'est pas digne de vivre. Non seulement il réjouit et purge les cerveaux humains, mais encore il instruit les âmes à la vertu et l'on apprend avec lui à devenir honnête homme. Ne voyez vous pas bien dès qu'on en prend de quelle manière obligeante on en use avec tout le monde et comme on est ravi d'en donner à droit et à gauche, partout où l'on se trouve? On n'attend pas même qu'on en demande, et on court au devant du souhait des gens: tant il est vrai que le tabac inspire des sentiments d'honneur et de vertu à tous ceux qui en prennent.

Il y a quelques temps, des blagueurs en avaient fait un bon usage, proposant que les professeurs de Français remplacent "tabac" par "chocolat". Réponses embarassées des autorités en la matière, une recherche avec "Dom Juan" sur le groupe vous renseignera mieux.

Mais qu'en est-il ? N'est-ce pas de la propagande ? Va-t-on censurer nos blogs, nos sites, puis ces textes ? Va-t-on condamner Molière ?

Et Claude Evin ? A-t-il été condamné, pourchassé pour avoir figuré sur la photo ci-dessus ?
Alors, un site, ou un blog qui parlent de pipes sont-ils assimilables à du tabac ?

Je fréquentent, en grande majorité, des non-fumeurs. Mes amis sont majoritairement non-fumeurs. Je travaille avec des amis, majoritairement non-fumeurs.

Je ne peux compter qu'un fumeur de cigarettes, une fumeuse aléatoire qui dès qu'elle dépasse 5 cigarettes par jour va chez l'acupuncteur, et un fumeur qui a arrêté la cigarette ces temps-ci parce qu'il doit chanter et que chez lui les deux ne vont pas ensemble. Il s'y remettra plus tard.
Tous ont visité mon site, certains mon blog.

Aucun ne s'est mis à fumer la pipe.

Parce que je crois que l'on ne fume pas la pipe par hasard. On n'est pas seulement fumeur de pipe, on naît fumeur de pipe.

Et ça n'est pas parce que l'on voît des pipes ou des fumeurs de pipe que l'on devient fumeur de pipe. On peut s'y essayer. Mais il faut, si j'ose dire, avoir ça dans le sang.

Alors, en parler sur un site ou un blog est-ce de la publicité, de la propagande ? J'ai du mal à juger, et puis je suis trop intéressé dans l'affaire. Mais suite à un reportage télé, j'ai visité un site parlant de l'anorexie. On peut y lire ceci :

1. Si tu n'es pas mince, tu n'es pas attirante. 2. Être mince est plus important qu'être en bonne santé. 3. Tu dois t'acheter des vêtements étroits, couper tes cheveux, prendre des pillules diurétiques, jeûner,... Faire n'importe quoi qui puisse te rendre plus mince. 4. Tu ne mangeras point sans te sentir coupable. 5. Tu ne mangeras point de nourriture calorique sans te punir après coup. 6. Tu compteras les calories et restreindras tes apports. 7. Ce que dit la balance est le plus important. 8. Perdre du poids est bien / en gagner est mauvais. 9. Tu ne peux jamais être trop mince. 10. Être mince et ne pas manger sont les signes d'une volonté véritable et de succès.
Voilà un moment que ma balance ne peut rien me dire, je l'évite soigneusement. Mais je sais que je devrais faire attention à mon poids. Sans pour autant suivre ces dix commandements à la lettre, bien sur.

Mais cela dit, ces sites ne sont pas inquiétés. On laisse ces jeunes filles mourir à petit feu, tant qu'elles ne fument pas...

Autre chose : la bataille des chiffres. C'est à s'y perdre.
Un fumeur sur deux meurt par an en France.
Un fumeur sur deux meurt en France.

Déjà si un fumeur sur deux trouve la mort tous les ans, on peut s'étonner que nous soyons encore si nombreux. Vous me direz qu'on peut discuter des chiffres longtemps, et jouer avec. Une recherche sur Google donnent des chiffres du nombre de fumeurs en France tout à fait disparate, ça va de 15 à 20 millions, une paille.

Il y a par contre un chiffre que je m'étonne de ne pas voir plus souvent. Si l'un des trucs qui revient souvent est : les fumeurs ne devraient pas bénéficier de la Sécurité Sociale, ils creusent le déficit, ou même en sont responsables. Brrr... déjà que le fumeur est un impuissant qui pue de la bouche, mal élevé en plus, alors en plus il nous creuse le déficit.

Je suis donc allé sur le site de Tabac Infos Services : qu'y lis-je ?

"Combien coûte le tabac en France ?
Chaque année, l’état perçoit environ 10 millards d’euros de taxes issues de la vente du tabac. En revanche, le coût social du tabac, qui correspond à l’ensemble des coûts supportés par la collectivité (dépenses de santé, campagnes de prévention, perte de revenus et de production, etc.), est estimé lui aussi à 10 milliards d’euros."
Donc, le bilan est nul. On pourrait même faire des économies en évitant les campagnes de prévention.

Il semble donc que lire un article sur du tabac soit considéré comme aussi dangereux que l'acte de fumer lui-même. Il me faudra donc inscrire un jour, en lettres grasses, sur ce blog, et bien sur en page d'accueil du site :

ATTENTION, PARCOURIR CE SITE PEUT PROVOQUER DES PROBLEMES D'ERECTION

1 commentaire:

erwan a dit…

Evite de parler de pipes Dunhill, ça rappelle le cigarettier et ça te vaudrait les tribunaux...

Elle est pas belle la loi Evin ? ;-)