07 septembre 2007

Accusé, levez-vous - et allez fumer dehors

Mon dernier billet a suscité des réactions. Je voulais prendre encore un ou deux jour pour y répondre, mais je crois qu'il faut que je le fasse de suite. Ca part un peu dans tous les sens...

Je suis d'accord avec Yvan : mon billet était volontairement exagéré. Entre l'individu libre et entièrement responsable de ses actes et le consommateur entièrement téléguidé par des publicités qu'il subit passivement, il y a beaucoup de place. Entre ces deux archétypes il y a l'homme.

C'est vrai. il y a l'homme qui est donc libre de décider s'il veut fumer ou pas, et ce qu'il va fumer. Celui qui fume son cigare quotidien est-il le jouet des sociétés tabagiques, aidées en cela par x revues qui propagent la mauvaise parole ? Je ne le crois pas.

Alors bien sur, les grands mots viennent de suite : liberté d'expression. Il ne faut bien sur pas confondre la Chine et la France. Je me suis laissé dire que les opérateurs chinois ont bloqué toutes recherches sur un mot comme démocratie dans les moteurs de recherche. Pas bien. Ca n'est pas parce que l'on va faire en sorte que le mot n'apparaisse qu'on va faire disparaître la chose. Mais je ne crois pas non plus que parce que l'on va éditer des timbres poste à l'effigie de Malraux et d'Honegger, en otant à l'un sa cigarette, à l'autre sa pipe, l'on peut donner des leçons.
Yvan prétend que monsieur Belaubre est employé par Altadis, que sa revue est subventionnée par Altadis. Monsieur Belaubre dit que c'est là une injure ? Je ne suis pas là pour en discuter, que monsieur Belaubre vienne donner sa version et corriger des allégations qui lui semblent fausses c'est son droit. Mais de là à parler d'injures, je crois que nous tombons dans l'excès. Diffamé ? Pas gentil pour les employés d'Altadis ;-)
Je sens plutôt là un ras-le-bol.

Moi, ce qui me surprend, c'est que l'on trouve anormal qu'une société, qui n'est plus française d'ailleurs, n'ait pas le droit de faire de la publicité. Pourquoi ?

Quand l'état se bourre les poches avec les taxes, pourquoi ne pas encourager un marché ? Parce que le tabac tue ? Mais il y a des tas de choses qui tuent. La voiture tue. Apposons des autocollants "conduire tue", "conduire pue" sur nos voitures, et interdisons toutes publicités, émissions télévisées, revues. On estime à 10 000 par an le nombre de morts par maladies nosoccomiales, ces maladies que l'on avait pas en entrant à l'hôpital, mais que l'on y attrapent et qui vous tuent. Qu'en disent les médecins ? Pourquoi parlent-ils plus volontiers des dangers du tabac ? Entre 10 000 et 12 000 adolescents se suicident tous les ans en France. Pouvu qu'ils n'aient pas été fumeurs, ça ne vaut sans doute pas autant de discours.

A une époque où certaines associations écologistes dénoncent le fait que si tous les paramètres étaient pris en compte, le stationnement à Paris ne serait pas gratuit 6 jours par an, mais 160, quand on sait qu'un faible pourcentage d'amiante est présent dans l'air parisien, on encourage nos concitoyens à enfourcher des vélos et à aller inspirer tous ces miasmes plus profondément. Quels maladies va-t-on attraper avec ça ?
Bien sur, aucune, simplement, s'il était interdit de fumer dans la rue...

Pendant ce temps-là, s'occuper d'interdire à une revue d'être "subventionnée", par de la publicité, me semble être une perte de temps. il y a tout de même des choses un peu plus graves.

Ce que dit Yvan est vrai : sans publicité, Cigares et sensations coûterait plus cher. Oui. Mais c'est le cas de toutes les revues en France. Toutes. Tous ces journaux, suppléments TV, coûteraient beaucoup plus cher sans publicité.

Je suis abonné à une revue américaine sur la pipe. très belle revue. Articles jamais ennuyeux. C'est plein de pub. Dans ce pays où les lois anti-tabac sont beaucoup plus costauds qu'ici, on considère tout de même que le consommateur a droit à acheter des revues sur les sujets de son choix. Que ces revues ont le droit d'exister.

Et même, je suis content d'y voir ces publicités. Il y a de belles photos de pipes, de tabacs, c'est très chouette.

La seule revue consacrée à la pipe, en France, a été abandonnée. Altadis avait posé comme condition, d'être la seule habilitée à y faire de la publicité. Altadis parti, sans autre soutien de son éditeur, cette revue a cessé de paraître.

Ah si, il y en a une autre, soyons justes. Un supplément d'une revue professionnelle. Les particuliers pouvaient s'y abonner, mais voilà que ça n'est plus possible. Pourquoi ? Certains abonnés à cette revue ont dénoncé le fait qu'elle encourageait à fumer... le nom de ce supplément ? Boutique Pipes.

Supprimer la publicité aux revues, c'est les condamner à disparaître. Qu'une loi interdise toute publicité à ces revues parlant de tabacs, elles mettront la clef sous la porte. Je parle là de revues sur le cigare. D'abord je n'en connais pas qui parle de cigarette. il n'y en a pas. il n'y en a jamais eu. A une époque où fleurissent sur le net les sites, les blogs, les forums consacrés à la pipe et au cigare, on compte sur les doigts d'une main ceux qui se consacrent à la cigarette pour parler de leur goût. Il y a eu un groupe, sur Yahoo, consacré à la cigarette. Je crois qu'il n'a jamais dépassé 5 membres...

Il me semble pourtant que le public le plus large, le plus facile à toucher, celui qui rapportera le plus de pépétes, c'est la cigarette.

C'est celui-la qu'on a voulu embarrasser. Du coup, le type qui veut se fumer une pipe ou un cigare, le soir, chez lui, n'aurait pas le droit d'acheter une revue là-dessus ?

Je parle d'une pipe ou d'un cigare le soir. Des membres de mon groupe ne fument qu'une pipe, le soir, où seulement le dimanche. Effectivement, ce ne sont pas eux qui vont faire fleurir les affaires des fournisseurs... Sont-ils dépendants au point que certains interviennent et leur disent ce qu'ils doivent faire, où et comment, et ce qu'ils doivent lire ?

Je ne le crois pas. On nous demande de ne plus fumer sur les quais de gare, dans les lieux publics. On va nous demander de ne plus fumer après un bon repas, ou alors dehors. Les employés des sociétés se les gèlent en hiver, dehors. Du coup, les enfants, qui étaient auparavant protégés de la vue des paquets de cigarettes, grâce à l'interdiction de la publicité, voient encore plus de fumeurs qu'avant. Mais c'est le progrès ? Il faut croire que oui, tant que ces enfants n'achètent pas de revues sur les cigares...

4 commentaires:

erwan a dit…

Un très bon billet de plus, qui apaise les tensions et pose avec le ton juste les vraies questions.

J' ouvre une parenthèse pour dire que je connais un peu Yvan, nous échangeons souvent sur mon blog, ou par d' autres moyens, et s' il est clairement engagé pour une interdiction totale de fumer dans les lieux fréquentés par le public - ce qui est son droit et personne ne lui enlève - il est de ceux qui discutent courtoisement, en posant des questions, des points de réflexion, plus que des dogmes.

S' il est solidaire de certaines actions de DNF, il ne partage pas forcément le même point de vue quant à la définition de publicité, notamment pour ce qui est des sites et des blogs.

Je peux comprendre, comme le note Guillaume, l' agacement d' Yves Belaubre quant aux reproches qui lui sont faits, mais il trouvera sur DNF des intervenants réguliers bien plus virulents et calomnieux qu' Yvan, qui est peut être tout simplement mal informé de la situation et du statut professionnel d' Yves. L' erreur est humaine. Parenthèse refermée.

S' agissant de publicité, le paradoxe états-unien fait qu' ils ont adopté une position extrêmement sévère vis à vis de la consommation de tabac, mais qu' il est possible en parallèle de feuilleter moultes magazines sur le cigare et pléthore de sites dédiés (dont des sites de vente). La France n' est pas les Etats-Unis, certes, mais l' exemple est éloquent.

On accuse la presse cigare de faire de la propagande ? Est elle sensée parler de tondeuses à gazon alors qu' on sait à l' avance de quoi elle va parler et à qui elle s' adresse ?!

En quoi un blog, un forum, contreviennent ils à l' esprit de la loi evin lorsqu' on y critique en bien et en mal le tabac qu' on a goûté, et que tous les avertissements d' usage quant à la santé ont été rappelé. Partant du principe rigoriste, on interdira bientôt au blog de Guillaume; qui ne parle pourtant pas de tabac mais de pipes, d' évoquer le fabricant de pipes Dunhill au motif que cela renvoit au nom du fabricant de cigarettes. On réclame à mon encontre une fermeture de mon blog, et plusieurs dizaines de milliers d' euros.Pourquoi ne pas attaquer Radio France dans la foulée qui m' a interviewé pour propagande ? On marche sur la tête !

Sans parler des projets sur le feu, comme d' interdire de fumer dans les habitations privées, dans son jardin, en voiture, à moins de 7 mètres d' une entrée etc ...

En cela, DNF cristalise des années de frustration et de souffrance endurées par des non fumeurs qui ne pouvaient se rendre dans un endroit sans souffrir du tabagisme passif. On peut comprendre les causes d' un tel radicalisme sans toutefois les accepter.

Je le répète à l' envie, je ne fume pas en présence de personnes que ça dérange, ni dans des lieux fréquentés par le public. Partant de là, je refuse qu' on m' ostracise en permanence, qu' on m' empêche d' acheter une revue sur le cigare, et qu' on m' ôte le droit de parler d' un produit en vente légale alors que je ne fais aucun prosélytisme.

L' Etat, par manque de courage et de sens des responsabilités, a délégué son rôle à des associations comme DNF en lui confiant des moyens (financiers, techniques...) exhorbitants, dont elle use sans discernement, non pour défendre seulement les non fumeurs - ce qui est louable - mais pour éradiquer purement et simplement la consommation de tabac via des goulots d' étranglement savamment distilés pour ne pas heurter l' opinion publique : réduire au minimum les lieux où l' on fume, traquer tout propos positif à l' encontre du tabac, hausse des taxes, lobbying etc ... C' est le malheureux prix à payer pour les années de laxisme passées.

Malgré les tentatives nombreuses d' intimidation, il semble que de plus en plus de fumeurs et de non fumeurs commencent à donner de la voix pour dénoncer ces dérives.

Espérons que cela débouchera sur un consensus qui satisfera tout le monde, bien que je ne sois malheureusement pas très optimiste.

Désolé pour la longueur de mon intervention mais il y a tant à dire ;-)

Anonyme a dit…

Par 534 voix contre 136 (communistes, Verts et travaillistes britanniques), le Parlement européen s'est opposé, mercredi 5 septembre, à un texte demandant à la Commission de publier, "avant le 1er janvier 2010, soit une proposition législative prescrivant l'apposition de mises en garde pour la santé sur les boissons alcoolisées, soit une communication expliquant pourquoi, contrairement aux avertissements concernant le tabac". Les eurodéputés se contentent de réclamer une étude comparative sur l'impact de l'étiquetage.

Le rapporteur, Alessandro Foglietta (Union pour l'Europe des nations), partisan de l'étiquetage, mais qui n'était guère suivi par ses collègues, avait pourtant négocié ce compromis. Mais, mardi, lors du débat, un grand nombre d'élus du groupe du Parti populaire européen (PPE, droite) et du groupe socialiste se sont élevés contre cette formule. "Il ne faut pas de messages sur les bouteilles parce que l'alcool n'est pas mauvais en soi, à la différence du tabac, et que seul son abus est nuisible", a notamment expliqué Edite Estrela, socialiste portugaise.

William a dit…

On en a peut-être parlé quelque part sur ce blog (ou sur le forum, mais comme je n'y suis pas inscrit...), mais à partir du moment où il a été scientifiquement démontré (a prononcer comme dans les publicités pour les shampooings) que le tabagisme passif est pratiquement inoffensif, pourquoi n'a t'on pas aboli ces lois qui n'étaient fondées que sur cela ? A quoi servent-elles si le tabagisme passif ne tue pas ? A empêcher les murs de jaunir, sans doute...
Tout ce dont les non-fumeurs peuvent se plaindre, c'est la fumée pestilentielle des cigarettes, chose qui n'existe que peu avec les t***** (censuré par Guillaume ^^) à pipe.

Je rejoint donc l'avis d'Erwan. Le fumeur est conscient de qu'il fait lorsqu'il achète un paquet de t****. Il choisit de prendre ses risques. Il ne gêne personne d'autre que lui, sauf peut-être les agents de propreté qui devront ramasser ses megots, si du moins il fume des cigarettes.

Quant au tabagisme en lui-même... J'avais un arrière grand père qui possèdait 7 pipes et un très bon fournisseur. Il allumait une pipe le matin, et elle n'était éteinte que le soir. Il la laissait ensuite reposer une semaine. Et ainsi de suite. Cet homme vecu pratiquement 80 ans...

Le t**** tue peut-être les fumeurs. Mais en le faisant disparaître, ce sera aussi une partie de notre patrimoine qui disparaitra. Imaginez, dans 100 ans, un archéologue retrouvant une pipe, et faisant l'hypothèse qu'elle devait servir à manger des escargots (cf Pipehil) !

Oui, les lobby du t**** veulent avoir toujours plus de consommateurs. Est-ce étonnant ? Les grandes entreprises ne veulent-elles pas avoir toujours plus de clients ? Est-ce que celles du t**** sont-elles plus condamnables que celles qui s'attaquent aux plus faibles d'entre nous, aux enfants en particulier ? Et puis, cette recherche du client ne permet-elle pas un plus large choix ? Une plus grande gamme de produits ? Franchement, s'il n'y avait pas eu ce soucis de vendre, combien y aurait-il eu de pipes "féminines" ?

Enfin, si l'Etat ou d'autres organisations ne veulent pas du maudit t****, pourquoi ne pas aller directement plastiquer les usines qui le fabrique ? Faire voter une loi interdisant la détention de tabac ? Tenez, pendant que l'on y est, faire déporter les fumeurs et les gazer. Ça devrait pas trop les gêner, ils sont habituer à prendre des gaz dans la figure, non ? Et puis il y aurait des affiches partout "Comment reconnaître un fumeur"...
Excusez si je montre un extrême assez tabou, mais c'est bien connu : le tabac, c'est tabou, on en viendra tous à bout !!!

Yvan a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.