23 octobre 2010

La grande patience de Marty Pulvers


Voici quelques jours, je recevais un mail de Stéphane, dit Flake, un membre du forum – je vous ai dit que j’avais un forum ?

Stéphane, qui entretient une correspondance avec Marty Pulvers, m’apprend que celui-ci est de passage à Paris, avec sa femme Joy, qu’ils vont dîner tous les trois, et qu’il me verrait bien en quatrième.

Je dois avouer que j’ai hésité, parce que, voyez-vous, ma façon de parler l’anglais est assez particulière. Assez pour intéresser les scientifiques de je ne sais plus quel laboratoire américain, qui me voulaient comme cobaye pour passer des tests. (Ils disaient que comme le singe les avait réussis, ils étaient curieux de voir ce que je pourrais faire). Le choix était simple : je laissais Stéphane passer une bonne soirée, et discuter tranquillement de littérature avec Marty et sa femme, ou je ramenais mes gros godillots. J’ai bien sur opté pour la seconde solution.

D’abord parce que Stéphane m’a rassuré tout de suite en me disant que j’étais son invité. Un restaurant, ça ne se refuse pas, par principe. Toujours ça de pris. Ensuite, par curiosité. Erwin Van Hove nous avait vanté le bonhomme, et son site. Il a fait assez d’heureux pour passer haut la main dans les pages 5 étoiles du site. Vous pouvez y accéder en cliquant sur le titre du billet.  Ensuite, il y a ses messages, qu’il laisse en page d’accueil de son site, toujours drôles, bien vus. Je lui avais acheté une pipe, j’ai d’ailleurs passé la soirée à essayer de me rappeler laquelle. Donc, hardi, Laffly, me dis-je, en chaussant mes gros godillots.

Comment dire ? Marty se ressemble. On ne peut pas se tromper, c’est lui. Il est américain. Je dis cela parce que porteur d’une casquette, jamais pourtant je n’aurais pu le confondre avec un français. Et puis l’œil vif, et gentil. Et je dois tout de suite expliquer mon titre.

Je parle de la grande patience de Marty Pulvers, et je m’en voudrais d’oublier sa femme, qui ont, vraiment, été d’une grande gentillesse et d’une grande patience avec moi. Si Stéphane n’avait pas été là, nous y serions arrivés aussi, mais beaucoup plus lentement. Marty parle un peu français, je parle très mal l’anglais, et Stéphane lui s’exprime fort bien dans les deux langues. Stéphane était donc notre trait d’union.

Au début, Marty parlait très lentement, j’ai donc pu parfaitement comprendre qu’il avait passé de très bonnes vacances en Italie. Puis, au cours du repas, il devait prendre de l’assurance pour moi, il a commencé à parler plus vite, et là … Ca a été plus difficile. Je ne pouvais pas dire à Stéphane : Traduction ! toutes les deux minutes. Il me fallait donc un moment pour décoder, et j’ai dans ces moments-là j’ai un regard … comment dire … vide. Les grandes profondeurs. Pour ceux qui ont fait de la plongée, la Fosse des Mariannes. Une fois, Marty l’a bien vu, et, souvenir d’Italie, il m’a dit tout doucement : Capice ? et j’ai du lui répondre un truc du style : Yes, but slowly, because il faut que je décode … You have no subtitles … it’s very damage !

Comme je lui faisais remarquer que j’étais encore très étonné de voir que des GRC qu’il propose sont toujours disponibles, il m’a dit que cela arrive parfois, des pipes dont on sait qu’elles sont bonnes, bien faites, qu’on trouve jolies … et qui vous reste sur les bras. C’est un grand mystère.

Mais nous avons finalement fort peu parlé de pipes, et nous avons heureusement abordé plein d’autres sujets. Marty est curieux, il a je crois fait beaucoup de choses dans sa vie, et il a cette qualité rare, il n’est jamais ennuyeux.

Comme je craindrais de l’être en vous racontant par le menu cette soirée, je vais terminer là. Je vais simplement refaire une promesse à Marty et à sa femme : je promets d’essayer de parler mieux anglais,  s’il réalise ce passage à Paris, pendant un mois, dont il a été question. Dois-je préciser que nous serions, vraiment, ravis de les revoir ?

PS Stéphane n’apparaît pas sur la photo. J’en ai pris une de lui, mais décemment, je ne pouvais pas lui faire ce coup là. D'autant plus qu'il en a pris de moi, et que j'ai peur qu'il se venge. Et d’autres, où il pose avec les Pulvers, mais c’était avec son appareil, et je n’ai pas vu les images.

3 commentaires:

Bruno a dit…

C'est Marty qui t'a répondu, ou c'est le contraire ?
En tout cas, sur sa page d'accueil, en date du 23/10, il a écrit, entre autres, ceci :
"Guillaume is an entertainer with a marvelous and humorously expressive face and body language. Quintessentially Gallic. The evening was a delight."
Joli, ça, "quintessentially Gallic".
Bonne pipe,
Bruno

Fumeurs de Pipe a dit…

Marty m'a devancé ;-)

biais_stephane a dit…

Tu as dû passer une très chouette soirée, je suis envieux ;o)

Bonne pipe,
Stéphane.